Plan en faveur de l’apprentissage,
Elargi aux contrats de professionnalisation : compensation de charge de 4.000 euros pour tout jeune recruté par une entreprise entre août 2020 et janvier 2021. Cela concerne l’ensemble des contrats de travail de plus de 3 mois des jeunes de moins de 25 ans, jusqu’à 2 Smic.

Cette « compensation de cotisations » sera de 1.000 euros chaque trimestre pendant un an maximum.

Volontariat
Une prime équivalente sera versée aux entreprises qui accueillent un jeune en volontariat territorial en entreprise (VTE) vert

Formation et orientation vers les secteurs stratégiques et d’avenir

100.000 missions de service public supplémentaires seront créées en plus des 140.000 initialement programmées en 2020. Pour soutenir l’emploi associatif, les moyens du Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) seront renforcés afin de créer 2.000 emplois supplémentaires (1.000 en 2021 et 1.000 en 2022). 2.500 jeunes seront orientés vers des emplois dans le monde du sport dans le cadre de l’action de l’Agence nationale du sport (ANS)

Dès 2020, 100.000 nouvelles formations qualifiantes ou pré-qualifiantes seront proposées aux jeunes sans qualification ou en échec dans l’enseignement supérieur. Elles seront concentrées sur des filières stratégiques et d’avenir : transition écologique ; numérique (au travers notamment du Pass numérique vers l’emploi avec un objectif d’atteindre 5.000 formations certifiantes en 2020 et le double en 2021) ; soin et santé (plus de 6.000 infirmiers et 10.000 aides-soignants formés en 2021) ; secteurs prioritaires du plan de relance impactés par la crise (tourisme, industrie, agriculture, agro-alimentaire…).

D’ici à la fin de l’année 2020, chaque jeune de moins de 25 ans sans qualification pourra accéder via « Moncompteformation » à une offre de formation qualifiante ou préparant à la qualification adaptée à ses besoins, intégralement financée par le service public.

Décrocheurs et jeunes éloignés de l’emploi

Un programme de 4 mois porté par l’Afpa proposera des « parcours personnalisés » aux décrocheurs scolaires de 16 à 18 ans afin de « redonner à 35.000 jeunes d’ici fin 2021 la capacité́ de se projeter », en leur faisant découvrir des métiers. Des solutions d’accompagnement concernent également les lycéens notamment les bacheliers exposés à la crise et les étudiants. Il s’agit de créer 10.000 formations universitaires supplémentaires à la rentrée et 11.700 dans les lycées en BTS,  en CAP d’un an, et d’accueillir 4.800 élèves bénéficiaires du CAP en 3 ans.

Enfin, le troisième et dernier volet concerne les jeunes éloignés de l’emploi avec comme objectif de « construire 300.000 parcours d’insertion sur mesure » au travers du renforcement de diverses formules déjà existantes : 60.000 Parcours emploi compétences (PEC) en 2021 en plus des 20.000 initialement programmés ; 60.000 nouveaux Contrat initiative emploi (CIE) en 2020 et en 2021 ; 35.000 jeunes en insertion par l’activité économique (IAE) ; 50.000 places (+50%) en garantie jeunes pour les plus vulnérables ; doublement sur deux ans de l’accompagnement intensif des jeunes mis en place par Pôle emploi s (241.000).

Sources : Localtis